Qu’est-ce que le Genepi ?

Le génépi est une plante qui pousse en altitude notamment dans les régions de l’Europe centrale et méridionale. On se sert du génépi pour aromatiser un alcool dès lors homonyme.

​Le seul rapport avec l’acronyme G.E.N.E.P.I. est sans doute qu’un petit plaisantin élyséen s’est plu à faire un jeu de mot.

En France, le Genepi

Dans les années 1970, en France, les prisonniers mènent une lutte sociale très intense contre leurs conditions de détention. De nombreuses émeutes éclosent dans les prisons françaises. Ainsi, cette montée en puissance des revendications et des actions menées par les détenus et d’autre citoyens qui entendent concerner le peuple de France à la question carcérale, participent à ouvrir un débat public. Et la répression brutale menée par l’état peine à diminuer l’ampleur du mouvement. Si bien que le gouvernement de Valery Giscard d'Estaing fini par devoir transiger et prendre en considération une partie des revendications portée par ce mouvement qui débordait bien au-delà des murs des prisons (1).

​C’est dans ce contexte et suite aux violentes émeutes de l’été 1975 que Lionel Stoléru, conseiller du Président de la République, se voit confier la mission d’obtenir du monde étudiant qu’il mette en place une association qui proposerait des formations à destination des personnes incarcérées en vue de favoriser leur réinsertion.

​Ainsi, en mai 1976, une association du nom de G.E.N.E.P.I. voit le jour. L’acronyme signifiant naguère « Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées ».

 

Ce G.E.N.E.P.I. interviendra dans presque toute les prisons de France depuis lors et encore aujourd’hui. Accumulant un savoir inestimable sur le monde carcéral, accumulant une expérience dense et très large en matière de prison mais aussi en terme de méthode, de pensée sociopolitique et associative. Et fort de cette expérience, depuis 1981, le G.E.N.E.P.I. prend des positions publiques qu’il regroupe dans ses ADAGES et qui transforme considérablement ses pratiques et ses approches.

 

Lors de ses Assises de 2014, l’association décide de vider l’acronyme G.E.N.E.P.I. de sa signification originelle et de se renommer sobrement Genepi. Et dans le même mouvement, qui allait croissant depuis le tournant du siècle, le désormais Genepi révise son objet social. Il s’agit de « participer au décloisonnement de la prison en établissant un lien entre les personnes incarcérées et le monde extérieur ».

 

En Belgique, le Genepi.

Le génépi ne pousse pas en Belgique, le Genepi si !

Des étudiants de plusieurs universités, des enseignants et des chercheurs en criminologie, droit, sciences psychologiques, des travailleurs du monde carcéral et péricarcéral, des ex-détenus, des travailleurs sociaux, cherchaient depuis longtemps à pallier ce manque cruel d’une cohérence dans l’action à l’égard de la prison et à propos de la prison.

Les années 2000 et 2010 ont été celles d’une intensification des collaborations entre des intervenants dans les prisons de Belgique et les membres du Genepi France. Et l’on entendait çà et là, pousser cette envie qu’un Genepi existe aussi en Belgique.

 

Des échanges, de plus en plus soutenus, ont été menés avec le Genepi France. Et depuis 2016, un travail de contacts avec des universités et des acteurs de l’intervention sociale en prison s’est systématisé. Et de ces rencontres, la volonté claire de fonder un Genepi en Belgique s’est affirmée.

 

Un texte est passé de mains en mains et a été maintes fois amendé. Le 7 mars 2017 une Charte du Genepi Belgique est adoptée lors d’une réunion d’un auto-proclamée « Comité de pilotage » du Genepi Belgique. Parallèlement, trois groupes locaux voient le jour, réunissant une soixantaine d’étudiants et de chercheurs dans trois universités. Les responsables de ces groupes locaux, les membres du Comité de pilotage, en collaboration avec les services juridiques et d’audit interne de plusieurs universités, fabriquent les statuts d’une association faitière qui verra le jour officiellement le 24 novembre 2018 lors d’une Assemblée constituante. C'est le 22 mars 2019 que l’ASBL Genepi Belgique voit le jour.

Le Genepi Belgique, comme son parrain français, a pour vocation de participer au décloisonnement de la prison en établissant un lien entre les personnes incarcérées et le monde extérieur.

 

Il œuvre essentiellement dans deux directions : en menant des actions en détention et en menant des actions de sensibilisation du public à propos de la prison.

Dans le but de renforcer le réseau péricarcéral des associations qui interviennent en prison, mais aussi de permettre à ses membres de bénéficier de l’expérience accumulée au sein du Genepi, ce dernier organise une formation certificative à l’intervention sociale en prison à l’issue de laquelle il offre une formation continue à ses membres.

C’est une belle aventure. Quels que soient notre origine, notre niveau d’instruction, notre connaissance ou notre absence de connaissance du monde carcéral, la prison, en tant que citoyens, nous concerne tous.

 

Rejoignez le Genepi !

Notes :​

1. Lire, par exemple, cet article concernant le Groupe d’Information sur les Prisons. https://paris-luttes.info/le-groupe-d-information-sur-les Ou cet article de Bénédikte Zitouni qui contextualise le GIP et montre l’implication de Michel Foucault. https://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2007-4-page-268.htm

Le Genepi Belgique est entièrement autofinancé

Vos dons sont les bienvenus, sur le compte :

BE97 5230 8106 0349

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now